Ness

http://mespetiteslectures.blogvie.com/

Que dire à propos de moi… pas grand chose sinon que j’ai toujours été une dévoreuse de livres et que depuis quelques années, j’ai la chance d’avoir fait de cette passion un métier.

Contes à rebours, récit

récit

Gallimard

20,50
par
7 novembre 2012

Complétement perdue

Le résumé de cet ouvrage m'a tout de suite plu c'est pourquoi j'ai une fois encore demandé à Caroline de Dialogues croisés si elle pouvait me l'envoyer ce qu'elle a fait très gentiment et je l'en remercie.

Mais lorsque j'ai ouvert le livre, j'ai été un peu surprise de découvrir sa composition. Des fragments de textes datés sur plusieurs années composent le récit. Des fragments sans lien les uns avec les autres parfois d'où une lecture très décousue.
Contes à rebours se présentant comme un prolongement de son précédent récit Encore une nuit de merde dans cette ville pourrie qui j'ai à la bibliothèque, je suis allée voir si la composition était la même. Eh bien oui.

Tout cela pour dire que malheureusement je n'ai pas pu aller au bout bien trop perdue que j'étais entre les différentes époques de sa vie, les différentes femmes qui tournent autour de lui et les revois assez fréquent à son précédent ouvrage.

Dans l'ensemble, j'ai cru entrevoir que mettait en lien deux types de photographies : celle de l'échographie de sa future fille et celles d'actes de torture commit en Irak.

Si quelqu'un peut me fournir une clé de lecture je suis preneuse !

Nevada
19,50
par
30 octobre 2012

C'est le titre et la couverture de ce recueil de nouvelles qui m'ont d'abord tapé dans l'œil. Puis la 4ème de couverture a fait le reste.
J'ai donc entamé la lecture sans plus attendre mais la première nouvelle m'a tout de suite laissée perplexe. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre de quoi elle parlait vraiment : naissance de l'Etat du Nevada ou autofiction autour de père de l'auteur.
J'ai été à deux doigts de m'arrêter là (je ne me force plus quand ça me plait pas et tant pis si je passe à coté d'un chef-d'œuvre !) mais la nouvelle suivante m'a quelque peu réconcilier avec l'auteur.


Le problème que je rencontre bien souvent avec les recueil de nouvelles c'est que toutes les histoires sont parfois inégales. Quelques temps après la lecture, je n'en garde déjà plus grand souvenir. Et ce fut un peu le cas là. J'ai terminé la lecture de cet ouvrage il y a deux semaines et je serai bien incapable de citer l'un des titres de ces nouvelles.
Malgré un style et un univers qui se rapproche d'Annie Proulx, ces nouvelles n'auront pas su me séduire tout à fait. Dommage.
Merci une fois encore aux Dialogues croisés pour cet envoi.

Etouffements
20,00
par
30 octobre 2012

Et encore un recueil de nouvelles !!!

Mais cette fois-ci je n'ai que du positif à dire. Je n'avais jamais rien lu de Carol Joyce Oates et pourtant elle n'est pas une inconnue pour moi. Depuis des années, ces romans passent entre mes mains mais je ne sais trop pourquoi je n'avais pas encore tenté l'expérience. C'est chose faite maintenant avec ce recueil de 10 nouvelles.

Un recueil de nouvelles qui ne laisse pas indifférent tant des sentiments différents se succèdent dont notamment l'angoisse avec la nouvelle « Strip poker » qui m'a particulièrement marquée.

L'angoisse monte de pages en pages tant on redoute le passage à l'acte de certains personnages qui sont pourtant inévitables. L'auteur nous met face à des sentiments négatifs très forts et nous en montre les conséquences extrêmes avec une telle maitrise qu'on ne peut lâcher le recueil avant de l'avoir entièrement terminé.

Et pour une fois, toutes les nouvelles ont une vrai fin qui ne laisse pas de doutes.

Cette lecture a été rendu possible par les Dialogues Croisés

Etouffements
20,00
par
30 octobre 2012

C'est le titre et la couverture de ce recueil de nouvelles qui m'ont d'abord tapé dans l'œil. Puis la 4ème de couverture a fait le reste.
J'ai donc entamé la lecture sans plus attendre mais la première nouvelle m'a tout de suite laissée perplexe. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre de quoi elle parlait vraiment : naissance de l'Etat du Nevada ou autofiction autour de père de l'auteur.
J'ai été à deux doigts de m'arrêter là (je ne me force plus quand ça me plait pas et tant pis si je passe à coté d'un chef-d'œuvre !) mais la nouvelle suivante m'a quelque peu réconcilier avec l'auteur.
Le problème que je rencontre bien souvent avec les recueil de nouvelles c'est que toutes les histoires sont parfois inégales. Quelques temps après la lecture, je n'en garde déjà plus grand souvenir. Et ce fut un peu le cas là. J'ai terminé la lecture de cet ouvrage il y a deux semaines et je serai bien incapable de citer l'un des titres de ces nouvelles.
Malgré un style et un univers qui se rapproche d'Annie Proulx, ces nouvelles n'auront pas su me séduire tout à fait. Dommage.
Merci une fois encore aux Dialogues croisés pour cet envoi.

Inséparables
par
8 septembre 2012

Filippo et Samuel, sont deux frères que tout opposent et qui pourtant ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre. Mais le jour ou le vilain petit canard de la famille devient un réalisateur célébre, les choses vont s'inverser entre eux. Le passé douloureux de leur père va alors refaire surface.

On retrouve ici les personnages découvert dans le premier volet sorti l'année dernière « Persécution ». J'avais entendu beaucoup de bien de ce roman et quand j'ai vu qu'un nouveau sortait je me suis précipitée dessus. Malheureusement, il m'aurait peut être fallu lire le premier afin de tout comprendre et remettre les choses en place.

J'ai trouvé ce roman très bavard dès le départ. La scène d'ouverture est d'une longueur insoutenable pour moi et part un peu dans tout les sens. Les problèmes de couple de Filipo, marié à une playmate de la télévision italienne, m'ont très vite ennuyée. Je m'attendais à tout a fait autre chose en lisant le résumé.
J'ai tout de même tenté de perserver dans la lecture, ne voulant pas m'arrêter sur une première impression négative. Mais rien n'y a fait et je suis dans le regret de dire que j'ai abandonné en cours de route...