Ness

http://mespetiteslectures.blogvie.com/

Que dire à propos de moi… pas grand chose sinon que j’ai toujours été une dévoreuse de livres et que depuis quelques années, j’ai la chance d’avoir fait de cette passion un métier.

Sale temps pour les braves
par
6 juillet 2012

Sorti en 1966, Sale temps pour les brave paraît cette année en France. Un roman dans l'air du temps pourtant tant les thèmes abordés font écho à l'actualité. Un roman coup de poing dont l'écriture et le sujet ne laisse pas indifférents.

A 17 ans, Jack Levitt quite l'orphelinat, à la recherche d'une vie meilleure. Il pense la trouver dans les quartiers mal famés de Portland ou très vite il se met à fréquenter une bonne de mauvais garçons. Alternant les après-midi au billard et les mauvais coups, il se lient d'amitié avec Billy un jeune noir lui aussi à la recherche de sensations. Mais cette vie va le conduire en maison de correction ou plus rien ne sera comme avant.

Roman d'une génération , Sale temps pour les braves pose des questions essentielles sur notre société et sur la place de chacun.

Merci aux Dialogues croisées et aux éditions Cambourakis pour ce roman que je n'aurais surement pas découvert autrement.

Couché
par
2 mai 2012

Malcolm n'a jamais été un enfant comme les autres. Son frère en a toujours eu conscience et même si ce ne fut pas toujours facile de vivre dans l'ombre de se grand frère un peu encombrant, il en avait prit son parti. Jusqu'au jour où à 25 ans, Malcolm s'est allongé sur son lit pour ne lui s'en relevé. Vingt ans plus tard, Malcolm et plus de 600kg sur la balance, Malcolm n'a toujours pas quitté son lit. Le petit garçon qui adorait se promener tout nu n'est aujourd'hui plus qu'une montagne de graisse sous laquelle son lit, sa chambre et sa famille disparaissent. Il est devenu le centre autour du quel gravite sa famille. Sa famille, les médecins et un nombre incalculable de fans qui tentent de comprendre comment un jour on peut décider de se coucher et ne plus se lever.

Malcolm ne veut tout simplement pas grandir et affronter une vie d'adulte qui lui fait peur : la routine, les compromis... tout cela n'est pas pour lui. Il veut tout simplement continuer de vivre avec sa famille.

Alors le frère de Malcolm nous raconte l'histoire de sa famille et de sa lente disparition.

Un roman plutôt bien construit et avec une histoire étonnante. Le style m'a un peu gêné au début mais je suis ensuite très vite entrée dans l'histoire de cette famille pas tout à fait comme les autres. Si le personnage de Malcolm m'a un peu énervé au début, ne se rend-t-il pas compte du mal qu'il fait autour de lui ?, la fin m'a réconciliée avec lui.
Un très bon premier roman en phase avec son époque.

Le sel
par
13 mars 2012

Le sel quel drôle de titre pour un roman ! Drôle de titre pour un roman qui parle d’une famille.
Mais cette famille n’est pas comme les autres, la mer est un peu malgré eux leur point d’ancrage. Tout comme l’est Armand, le père décédé il y a quelques années. Un père tellement emblématique, que des années après, il conditionne encore la vie de ses trois enfants et de sa femme.

Louise la mère, se prépare à recevoir ses trois enfants, Fanny, Albin et Jonas ainsi que leurs conjoints à diner. Ce dîner qui pourrait être des plus banales réveille chez chacun d’entre eux des interrogations sur leur vie et sur la relation qui les lient aux autres et à leur défunt père.


J’ai eu beaucoup de mal en entrer dans ce roman et je ne me suis jamais sentie à l’aise avec les personnages. L’histoire bien qu’intéressante n’a pas su me convaincre ou peut-être bien que c’est moi qui n’est pas voulu me laisser convaincre.

La deuxième personne

Éditions de L'Olivier

23,00
par
7 mars 2012

Jérusalem Est de nos jours. Un avocat respecté et respectable vit dans une paisible banlieue avec sa femme et leurs deux enfants. Sa vie quoique banale lui convient plutôt bien. Il n’avait encore jamais eu à la remettre en question, tout du moins pas avant de tomber sur un mot doux écrit par sa femme à un autre homme dans un livre acheté d’occasion. Tout n’est plus qu’alors doutes et suspicion. Qui peut bien être ce Yonatan à qui appartenait ce livre et sa femme et lui se voient-ils toujours ?


Amir, lui vient juste de finir ses études et travaille dans un centre social très peu fréquenté. Pour arrondir ses fins de mois et occuper ses nuits, il accepte un poste de garde malade. Tous les soirs, il doit veiller sur Yonatan, un jeune tétraplégique, fou de photographie. Peu à peu, il va endosser son identité allant jusqu’à s’instruire dans une école de photographie sous son nom.
Le destin de ces deux va s’imbriquer petit à petit pour construire une histoire autour de la quête d’identité dans un pays peuplé de juifs et d’arabes.
L’histoire monte en puissance jusqu’à la rencontre tant attendue entre les deux hommes. Une rencontre bien différente de celle imaginée.
Un livres très profond qui va bien plus loin que la découverte de ce petit mot. En donnant la parole à ces deux hommes, l’auteur pose avant tout la question de la dualité. Une dualité présente dans ce pays et dans la population qui le compose. Un très beau roman dont la fin soulève beaucoup de question car elle laisse le lecteur dans le doute.

Je tiens à remercier le club des Dialogues croisés pour cette très belle découverte. Il s’agit une fois encore d’un livre dont je n’aurai pas tenté la lecture sans eux.

K-Cendres

Sarbacane

par
11 février 2012

K-cendres n'est pas une rappeuse comme les autres. Ses textes ne sont pas anodins et annoncent des prophéties. Il faut dire que la jeune femme n'a pas une carrière des plus banales. Il y a encore 10 ans, elle était enfermée dans un hôpital psychiatrique ou les médecins ont tenté de la guérir grâce à la musique.

Dès les premières lignes, l'écriture m'a quelque peu embêté. J'ai eu beaucoup de difficultés à avancer du coup dans la lecture. Mais à vrai dire ni l'histoire ni le style ne m'ont séduit. Je suis d'ailleurs assez déçue car j'avais lu de très bonne critiques.