Journal de la conscience Française (1940-1944) suivi de Qu'est-ce qu'un gouvernement `légitime`?, 1940-1944
EAN13
9782259193306
ISBN
978-2-259-19330-6
Éditeur
Plon
Date de publication
Collection
Commentaire
Nombre de pages
348
Dimensions
23 x 14 x 2,1 cm
Poids
360 g
Code dewey
282.44
Fiches UNIMARC
S'identifier

Journal de la conscience Française (1940-1944) suivi de Qu'est-ce qu'un gouvernement `légitime`?

1940-1944

De

Préface de

Édité par

Plon

Indisponible
Les Français étaient-ils tenus d'obéir au gouvernement de Vichy ? Poser cette question suppose d'en examiner une autre : ce gouvernement était-il légitime? Telles sont les interrogations qui courent dans les textes écrits par le Père Gaston Fessard entre 1942 et 1946, et publiés ici pour la première fois.Le lecteur y trouvera une reconstitution de l'esprit public sous Vichy, qui tient du témoignage et de l'analyse, et qui permet de comprendre la hantise des Français de ce temps : l'unité nationale résistera-t-elle à la guerre franco-française ?Bien entendu, le thème des conditions de la légitimité vient au centre du débat. Si Vichy est légitime on doit lui être fidèle, sinon on doit lui désobéir. Mais puisque Vichy n'est pas libre, n'est-il pas illégitime ? Dès le début de l'occupation, Gaston Fessard forgera le concept de " Prince-esclave ". A Londres, Raymond Aron prit connaissance d'un tract qui circulait en France depuis 1942, et qui recommandait de désobéir à un Prince de plus en plus esclave. Il en reconnut immédiatement l'auteur, son ami le Père Fessard, qui savait allier la profondeur, le discernement et le courage.Cette Suvre du grand jésuite, à la fois historique, politique, philosophique et théologique, offre une critique acérée de l'attitude de la plupart des évêques au cours de cette période. " Par leur silence, écrit René Rémond dans l'essai qui sert de préface à l'ouvrage, au lieu d'éclairer les consciences, ils les ont laissées dans l'ignorance. "
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur René Remond