LE TEMPS, LA PLUS COMMUNE DES FICTIONS
EAN13
9782130608103
ISBN
978-2-13-060810-3
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Philosophes
Nombre de pages
192
Dimensions
17 x 11 x 1 cm
Poids
150 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Temps, La Plus Commune Des Fictions

Presses universitaires de France

Philosophes

Offres

Dire que le temps est la plus commune des fictions peut apparaître comme une provocation. Le temps n’est-il pas ce qui rythme la vie de tout un chacun ? Si rien d’humain ne m’est étranger, n’est-ce pas parce que je partage la connaissance commune à tous les êtres humains que mon temps est compté et qu’un jour je vais mourir ? Et ma conscience du temps n’est-elle pas elle-même régulée par le temps social du groupe auquel j’appartiens ? Le temps est individuel, le temps est social, le temps est même universel puisque le Temps universel (TU) sert d’unité-étalon à tous les temps relatifs à la situation géographique d’un pays par rapport au méridien de Greenwich. Mais si le temps fait sens de toutes parts, comment alors justifier la proposition qui le réduit au statut de fiction même la plus commune ? Le propos de cet ouvrage est de montrer que si nous interrogeons les différents sens du temps, nous sommes irrésistiblement incités à affirmer qu’il n’est qu’une fiction qui « réussit », au sens où elle emporte l’adhésion du plus grand nombre, et qui constitue à tous les niveaux un instrument majeur de domination.

Véronique Le Ru, est agrégée de philosophie et maître de conférences à l’Université de Reims. Spécialiste de l'âge classique, elle a fait son doctorat sur D’Alembert et son habilitation à diriger des recherches sur la réception du cartésianisme en France, 1650-1750. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Vieillesse. De quoi avons-nous peur ? (Larousse, 2008) et La science et Dieu (Vuibert, 2010).
S'identifier pour envoyer des commentaires.