Ennemis d'État, Les lois scélérates,  des « anarchistes »  aux « terroristes »
EAN13
9782358721882
ISBN
978-2-35872-188-2
Éditeur
La Fabrique
Date de publication
Nombre de pages
180
Dimensions
17 x 11 x 2 cm
Poids
190 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ennemis d'État

Les lois scélérates, des « anarchistes » aux « terroristes »

La Fabrique

Offres

Raphaël Kempf, avocat connu pour sa défense des manifestants et gilets jaunes victimes de violences policières ou de la répression judiciaire, propose dans ce volume un court pamphlet historico-juridique accompagné de la réédition d’articles publiés en 1898, notamment par Léon Blum et l’anarchiste Émile Pouget, contre « les lois scélérates » votées à la fin du XIXe siècle. La relecture de ces textes est aujourd’hui fondamentale : l’arbitraire des gouvernements de la IIIe République contre les anarchistes n’a rien à envier au président Hollande décrétant l’état d’urgence contre les musulmans ou les militants écologistes, non plus qu’à Macron et Castaner enfermant de façon « préventive » des gilets jaunes avant qu’ils ne rejoignent les manifestations.

La critique formulée par Léon Blum contre ces lois reste actuelle et ses arguments peuvent – doivent – encore être utilisés aujourd’hui : des lois d’exception se normalisent avec le temps ; des lois ne visant que quelques groupes représentant le mal absolu (de l’anarchiste au terroriste) finissent par toucher tout le monde ; le gouvernement joue avec la peur pour faire passer ses textes ; et ces lois donnent un pouvoir sans partage à la police et à l’État.

Cette critique permet de déboucher sur une perspective politique simple : la demande d’abrogation des lois scélérates et l’amnistie des condamnés qui en sont victimes. Cette exigence était portée à la fin du XIXe siècle par Émile Pouget, elle doit l’être aujourd’hui pour les opposants politiques et autres gilets jaunes lourdement condamnés.

Raphaël Kempf montre ainsi que les lois scélérates n’ont – contrairement à une idée reçue – pas toutes été abrogées et isole des critères qui permettent d’identifier une loi scélérate en montrant que, depuis au moins 2015 et l’état d’urgence, de telles lois, il y en a trop.La critique formulée par Léon Blum contre ces lois reste actuelle et ses arguments peuvent – doivent – encore être utilisés aujourd’hui : des lois d’exception se normalisent avec le temps ; des lois ne visant que quelques groupes représentant le mal absolu (de l’anarchiste au terroriste) finissent par toucher tout le monde ; le gouvernement joue avec la peur pour faire passer ses textes ; et ces lois donnent un pouvoir sans partage à la police et à l’État.

Cette critique permet de déboucher sur une perspective politique simple : la demande d’abrogation des lois scélérates et l’amnistie des condamnés qui en sont victimes. Cette exigence était portée à la fin du 19e siècle par Émile Pouget, elle doit l’être aujourd’hui pour les opposants politiques et autres gilets jaunes lourdement condamnés.
Raphaël Kempf montre ainsi que les lois scélérates n’ont – contrairement à une idée reçue – pas toutes été abrogées et isole des critères qui permettent d’identifier une loi scélérate en montrant que, depuis au moins 2015 et l’état d’urgence, de telles lois, il y en a trop.
S'identifier pour envoyer des commentaires.