Les en-dehors / anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Epoque, Anarchistes individualistes et illégalistes  à la « Belle Époque »
EAN13
9782373090574
ISBN
978-2-37309-057-4
Éditeur
L'Échappée
Date de publication
Nombre de pages
288
Dimensions
20 x 13 x 2 cm
Poids
305 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les en-dehors / anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Epoque

Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle Époque »

L'Échappée

Offres

Le livre de référence sur l’histoire des milieux anarchistes
individualistes et illégalistes à la Belle Époque.
+ Une version revue et augmentée (postface, annexes, icono…) du livre
de référence sur les illégalistes (bande à Bonnot notamment) épuisé
depuis deux ans et fortement demandé.
+ Anne Steiner a un lectorat qui la suit à chacun de ses ouvrages. Celuici
est particulièrement prenant car écrit sous la forme d’un récit.
+ Tout ce qui touche au mouvement anarchiste et à son histoire
suscite un vif intérêt.
Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des « en-dehors ».
Refusant de se soumettre à l’ordre social dominant, ils rejettent aussi
tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques.
Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation
collective.
Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres
aux classes populaires, les conduit à inventer d’autres relations entre
hommes et femmes, entre adultes et enfants, et à développer un art
de vivre transgressif. Leur refus du salariat les conduit à expérimenter
la vie en communauté et à inventer d’autres modes de consommation,
mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme – dont le périple
tragique de la « bande à Bonnot » est la plus célèbre illustration.
En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean, arrivée à Paris à l’âge
de seize ans, devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours
sert de fil conducteur à ce passionnant récit. À ses côtés, nous
découvrons tous les acteurs de cette épopée anarcho-individualiste
qui ont expérimenté ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans
cent ans qu’il faut vivre en anarchiste ». Exigence que plus d’un paya
de sa liberté et même de sa vie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.