Matatoune V.

https://vagabondageautourdesoi.com/

Pourquoi ce titre « vagabonderautourdesoi »? Qu’on parte à l’autre bout du monde, au bout de notre rue, qu’on se concentre sur la lecture d’une phrase, à la vue d’un tableau, à l’écoute d’une musique, à la vue d’un film, d’une pièce de théâtre, etc. j’ apprends chaque jour un peu sur le monde et sur moi ! (…)

exposition, Paris, musée du Luxembourg, du 15 septembre 2021 au 16 janvier 2022

Collectif

Réunion des Musées Nationaux

40,00
27 novembre 2021

idée cadeau

Avec sa couverture jaune soutenu très années soixante, le catalogue de l’exposition Vivian Maier est une petite pépite créé sous la direction d’Anne Morin, commissaire de l’exposition du Musée du Luxembourg.

Céline Walter accompagne de ses mots poétiques ce recueil des photographies exposées pour la première fois à Paris. Habitant la Côte d’Or, elle s’est fait connaître en écrivant certains des Portraits dans le journal Libération. Actuellement, elle se consacre entièrement à son écriture poétique et sensible en répondant à divers projets.

Deux analyses complètent la préface signée de Chris Dercon, Président de la Réunion des musées nationaux du Grand Palais. La première signée d’Anne Morin replace la photographe, il y a quelques temps encore inconnue, dans l’histoire de la création artistique. La seconde écrite par Christa Blumlinger analyse l’œuvre photographique mais surtout cinématographique dans leur portée artistique.

La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/11/26/vivian-maier-3/
comment Commentaire (0) delete Sup

23 novembre 2021

Tant pis !

En 2013, est-ce des violences policières ou le hasard qui ont coûté la vie au jeune Bélhazar ! Jérôme Chantreau sort de l’oubli l’adolescent Antoine-Bélhazar Jaouen, âgé de dix-huit ans, mort lors d’une interpellation judiciaire.

Jeune dandy, Bélhazar est un ancien élève de Jérôme Chantreau et aussi ami de ses enfants. Sa mort est tombée dans l’oubli. L’écrivain va mener l’enquête auprès de ses parents et de ses amis. Il va s’attacher à découvrir la vérité.

Pour Jérôme Chantreau l’histoire est aussi un prétexte pour distiller ses réflexions sur sa vie, ses ressentis sur le monde et ses aléas ainsi que ses souvenirs. Et, en général, ça sonne vrai et précis.

Le narrateur, Jérôme Chantreau puisqu’ici tout est dit réel, découvre un enfant particulier qui dès ses dix ans cherchait par tous les moyens à être différent et à se faire remarquer. Presque un poète et même peut-être un artiste. Il rencontre souvent les parents, s’imprègne de leurs douleurs tout en les liants à son propre désarroi.

La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/11/23/jerome-chantreau/

Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2021

Gallimard

18,00
22 novembre 2021

A - do- ré !

Pour le titre de son nouveau roman Mon Maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable choisit un extrait d’un poème de Chanson pour elles par Verlaine pour décrire une passion amoureuse des temps modernes où la littérature y est complètement imbriquée.

Le narrateur est convoqué devant le juge d’instruction pour aider à comprendre Vasco, son ami, et éclairer ses intentions à partir d’un carnet manuscrit sorte de journal de sa passion amoureuse, composé de poèmes et de haïkus. Il a été retrouvé ainsi avec un révolver et ses mains comportant des résidus de poudre.

Tina, Vasco et Edgar ou alors Tina, Edgar et Vasco ! Pour le juge, Vasco c’est Vincent Ascot. Et, pour ce dernier, Tina est sa princesse andalouse ! Edgar, lui, il l’appelle La doudoune. Mais, Tina, elle, s’appelle, sur ses papiers d’identité, Albertine.

François-Henri Désérable chuchote à notre oreille le récit de ce drame amoureux à partir de l’interrogatoire et les détails que révèle ou non le narrateur au juge. Mis dans la confidence, le lecteur suit ce récit comme une véritable enquête policière surtout qu’il ne connaîtra qu’à la fin l’objet de l’inculpation.

Mais, la magie des mots, François-Henri Désérable la manie avec brio la passion amoureuse jusqu’à l’humour. L’émotion et la sensibilité souvent présentes s’écroule par un élément détonnant. Le rire fuse mais la langue reste amicale et même amoureuse pour ses deux amants que tout précipite dans le drame. Son narrateur devient défricheur de poèmes, raconteur de leur passion et délateur de leurs excès, mais juste pour nous.

La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/11/22/francois-henri-deserable/

18 novembre 2021

A mettre dans les mains des jeunes !

La BD Ceux du Chambon fait acte de témoignage et de mémoire sur le récit biographique de deux enfants sauvés de la déportation par l’engagement du village de Chambon-sur-Lignon. Situé dans le département de Haute-Loire, Le Chambon -sur- Lignon est un village niché près d’un lac et entouré de montagnes.

Depuis les années trente, le village avait l’habitude d’accueillir des réfugiés, d’Espagne, d’Allemagne et d’Autriche, juifs ou non, ayant besoin d’être caché pour échapper aux persécutions et à l’extermination.

Ce pays cévenol n’oublie rien des persécutions dont il a été victime. Il s’inscrit dans une démarche où on dit peu pour faire plus !

L’engagement du village est personnifié par trois personnes, Théodore de Félice, le pasteur André Trocmé et le maire Charles Guillon. Le pasteur et sa femme vont fonder avec les fermes alentour L’école nouvelle cévenole pour accueillir des enfants et des adultes et les protéger de la guerre et de la déportation.

En plus des médailles individuelles des Justes pour la Nation, le village s’est distingué pour l’histoire.

Dans la BD, Matz choisit de raconter l’histoire de deux enfants Étienne Weil et son frère aîné, Philippe, sauvés par les villageois à partir du journal de leur père, Maurice. En dix chapitres, l’histoire de cette période sombre est détaillée avec pudeur et sobriété.

La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/11/18/ceux-du-chambon/

Anne-Marie Métailié

22,00
15 novembre 2021

Sorcière détectice efficace !

Juan Carlos Méndez Guédez instille dans l’enquête de Magdalena des réflexions philosophiques sur la vie, qui malgré tout se fondent dans ce personnage particulier.

Dépaysant et spéciale, voilà une détective qui évolue dans un monde que les lecteurs connaissent mal avec des méthodes peu orthodoxes, mais efficaces. De quoi avoir plaisir à la retrouver dans d’autres aventures !