Sabine D.

Le métier de mourir, roman
par (Libraire)
17 décembre 2020

Une très belle histoire de transmission du sens de l’adversité du combat mais aussi de la vie !

Au milieu des années 80, à la frontière libano-israëlienne, le colonel Belleface, 58 ans, retraité de l’armée de Tsahal et volontaire pour surveiller l’enclave qui sépare les deux pays, depuis un avant-poste, fait la connaissance de Favrier, un jeune français de 22 ans, venu combattre pour une cause qui lui semble juste et découvrir la Terre Sainte. Ce dernier que Belleface intrigue, lui pose des questions, désireux d’apprendre son parcours et ses habiletés de soldat. Cette rencontre lumineuse pour l’un, Belleface et instructive pour l’autre, Favrier se déroule crescendo, dans un respect mutuel pour leur engagement réciproque, les nombreux sujets de connivence et une réelle complicité. L’auteur nous fait partager ce double miroir entre un guerrier qui a connu plusieurs vies et a les yeux de ceux qui ont vu la mort de trop près et un jeune homme à la recherche d’un idéal dans l’engagement militaire. En nous plaçant au cœur de cette rencontre qui se déroule sur quelques jours, l’auteur réussit à nous attacher l’un et l’autre, en nous laissant le temps d’apprécier le lien qui se tisse entre eux. Une très belle histoire de transmission du sens de l’adversité du combat mais aussi de la vie !

La grande épreuve, Roman
par (Libraire)
16 décembre 2020

Ce roman retrace le parcours de 5 principaux personnages jusqu’à leur situation actuelle dans la ville de Brandes dans le sud-ouest de la France. A travers quelques actes fondateurs de leur être croyant, ils vont être les uns sur la route des autres vers un dessein funeste. L’action rembobinée met en scène David, le fils adoptif, Frédéric, d’origine vietnamienne, engagé dans la police, Agnès, la Petite Sœur de Jésus, Georges, le curé de la paroisse et Hicham, le petit délinquant par qui tout arrivera. Par le prisme de petites vies aspirant à de grandes actions ce roman aborde intelligemment des questions essentielles : la violence de l’humanité, l’appartenance à une communauté, les racines originelles versus la culture d’adoption, que veut dire être chrétien ou musulman. Inspiré d’un fait divers réel, cette histoire aborde en profondeur la complexité ce qui fait société, ce qui rassemble ou désunit, entre état ou idéal ou les deux. Une lecture dont on ne sort pas indemne.

Cinq dans tes yeux, Roman

Roman

L'Iconoclaste

18,00
par (Libraire)
16 décembre 2020

Un 1er roman à la coloration unique !

Stress veut réaliser un film sur le quartier de son enfance, bigarré, cosmopolite et malfamé, dans les années 90, le Panier, à Marseille où il a fait les 400 coups avec une bande de copains en dérive vers la petite délinquance et qui a explosé quand la réhabilitation du quartier a débuté. L’auteur revient, dans une langue imagée et rythmée, drôle et dure sur ces années vécues dans un périmètre d’action réduit, en sécurité en terrain familier. Aujourd’hui, Stress est pris en étau entre cette ville insaisissable et sa transformation actuelle et celle de son enfance et se demande comment être à la marge de l’évolution naturelle. L’auteur dénonce au passage la gentrification et l’effacement d’un écosystème vicié, à travers les trajectoires de ces gamins qui jouent mal la partition des adultes. Il déplore également la fulgurance du temps qui passe et ne laisse pas la place à la nostalgie. Il voudrait à la fois retenir sa jeunesse en la sublimant, entre réalisme social, cynisme, tendresse, autodérision, décalage et recadrage. Un roman à la coloration unique !

L'anomalie, Roman
20,00
par (Libraire)
16 décembre 2020

Et si nous n’avons qu’une vie, qu’en fait-on au bout du compte ?

Dans un premier temps, l’auteur nous installe dans des instants de bascule de la vie de 11 personnages et dans un second temps, il les transpose dans une quatrième dimension, leur permettant de gagner quatre mois de vie supplémentaire. Jouant au jeu de « et si j’avais été un autre, double de moi-même à l’identique, mais reprenant le fil d’une vie écourtée », qui donne le vertige. Ce roman d’anticipation, balayant les avancées technologiques, a également une portée philosophique, qui pose l’essence de la vie comme postulat de toute existence, la question d’une force suprême, créatrice, Dieu ou un programmateur. Porté par une imagination débordante, l’histoire se déroule comme un rouleau compresseur, allégorie de nos vies courtes et riches à la fois. Il nous laisse sur l’Interrogation ultime : et si nous n’avons qu’une vie, qu’en fait-on au bout du compte ?

Les impatientes
17,00
par (Libraire)
15 décembre 2020

Hommage aux femmes impatientes

Cette fiction, inspirée de faits réels, ose dénoncer des traditions barbares au sein d’une concession au nord du Cameroun, dans une famille de Peuls sédentarisés, à travers la situation de trois jeunes filles : Ramla que l’on force au mariage, Hindou qui subit le viol conjugal et Safira mise à l’épreuve du consensus et de la polygamie. Dans cette société musulmane, la place de chacune est définie au sein d’une famille nombreuse et d’un foyer polygamique en apparence harmonieux et joyeux. Entre les femmes de la concession, les non-dits, l’hypocrisie et la méfiance règnent, dans un climat propice aux jalousies et aux méchancetés. La patience est une prescription divine, mais elle va être mise à rude épreuve par ces jeunes filles qui assument leur impatience à vivre selon leurs désirs et leurs volontés dans une société où elles aimeraient choisir leur place. Ce roman a le mérite de contribuer à faire bouger les lignes des mentalités et des traditions qui ne sont pas en adéquation avec le monde actuel et rend hommage à la force des femmes impatientes.