L'homme effacable, Mémoire et oubli du XIXe siècle à nos jours
EAN13
9782705689100
ISBN
978-2-7056-8910-0
Éditeur
Hermann
Date de publication
Collection
HR.FICT.PENSANT
Nombre de pages
236
Dimensions
20,5 x 14 x 1,8 cm
Poids
299 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'homme effacable

Mémoire et oubli du XIXe siècle à nos jours

De

Hermann

Hr.Fict.Pensant

Offres

Faut-il avoir peur de l'oubli ?
De nos jours, les neurosciences occupent le devant de la scène, et la question de l'oubli, associée à la hantise du vieillissement, travaille nos sociétés. L'individu apparaît ainsi menacé par le danger de la fragmentation et de la disparition. Ce phénomène est d'autant plus troublant qu'il est contemporain d'une accélération générale de l'obsolescence et d'une tendance à effacer instantanément ce qui semble dépassé. Paradoxalement, l'ère de l'homme effaçable est aussi celle de l'obsession de la mémoire. Certaines fictions font écho à cette inquiétude qu'elles tentent de penser, notamment le roman Samedi, de Ian McEwan, ou encore le film de Michel Gondry, Eternal Sunshine of the Spotless Mind. On assiste donc à un changement de modèle, qui fait la part belle au cerveau, au risque d'appauvrir notre conception de la mémoire.
Selon Maria Cristina Franco Ferraz, qui rappelle que d'autres conceptions de la mémoire ont existé, comme le montrent notamment les romans de Virginia Woolf, il est temps de reconsidérer les théories dominantes dont le fondement est la biochimie, et l'horizon le fitness en explorant les expériences de la perception. C'est particulièrement urgent s'agissant de l'image de la femme, trop souvent réduite à un taux d'hormones. Les oeuvres de Bergson et de Nietzsche peuvent nous y aider : tel est le pari de cet essai original.
S'identifier pour envoyer des commentaires.