La pensée coloniale, découverte, conquête et guerre des dieux au Mexique
EAN13
9782849500026
ISBN
978-2-84950-002-6
Éditeur
Syllepse
Date de publication
Collection
Coyoacán
Dimensions
23 x 16 x 2 cm
Poids
730 g
Langue
français
Code dewey
972.02
Fiches UNIMARC
S'identifier

La pensée coloniale

découverte, conquête et guerre des dieux au Mexique

De

Préface de

Syllepse

Coyoacán

Offres

Civilisatrice et destructrice, la pensée coloniale classifie et condamne. Au Mexique et en Amérique latine, elle assimile les Indiens à des «barbares» et à des «sauvages incultes». Il faut donc les éduquer et les «civiliser». Ce livre est une analyse socio-historique des pratiques et des discours colonisateurs, une réflexion et critique contre les barbaries expansionnistes de la modernité et de sa civilisation.
Avec les outils de la sociologie du religieux et de la socio-anthropologie historique, l'auteur démonte la pensée des vainqueurs : dimensions religieuses, mystiques, messianiques, utopiques et politiques. Ces réflexions sur le 16e siècle ne se limitent pas au passé, à l'historiographie officielle, car malgré le temps et les éradications, le passé des vaincus n'est pas mort. Des traces dans les corps et les identités contemporaines font resurgir de la mémoire des peuples vaincus et asservis des actions libératrices.
Dans sa préface, Michael Löwy souligne que ce livre permet d'appréhender les cinq siècles d'oppression qui se sont déroulés depuis la « Découverte » de 1492. On peut, ce faisant, comprendre au présent les discours et les actions de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) du sous-commandant Marcos, qui avait planifié son soulèvement au Chipas précisément en 1992, lors du cinquième centenaire de la «Découverte».
La critique «généalogique» et «à rebrousse-poil» du passé que nous propose l'auteur souligne les lignes de partages et les démarcations entre oubli et mémoire. Il nous propose un rendez-vous du passé avec l'espérance messianique et salvatrice du présent qui questionne la marche triomphale de la «raison» capitaliste.
S'identifier pour envoyer des commentaires.