Qui terre a, guerre a
EAN13
9782246830948
ISBN
978-2-246-83094-8
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
essai français
Nombre de pages
180
Dimensions
18,5 x 12 x 1,5 cm
Poids
176 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Qui terre a, guerre a

De

Grasset

essai français

Offres

Autre version disponible

Si l’on en croit les fresques du Tassili et du Levant espagnol, la guerre, c’est-à-dire l’affrontement de deux groupes armés, serait une invention du néolithique, et la cause, selon de purs critères économiques, en serait la convoitise des biens produits par l’agriculture et l’élevage, apparus dans le même temps.
Quelques milliers d’années plus tôt, à l’époque glaciaire, les mêmes s’inclinaient devant les seigneurs de la toundra  : bisons, mammouths, aurochs etc. qu’ils représentaient avec déférence dans la ténèbre des grottes, ne se jugeant pas dignes de figurer à leurs côtés. De quoi nourrir frustration et esprit de revanche. D’autant que cette primauté accordée aux grands animaux, est la place divine.
Place que rappellent les Crows à Jeremiah Johnson quand il viole le cimetière des ancêtres dans le film de Sidney Pollack, que rappellent les paysans de La Ville-aux-fayes au général Montcornet dans les Paysans de Balzac dont le premier titre, choisi par lui, était Qui terre a, guerre a.
On peut même considérer que c’est avec le ciel que la terre est en guerre. Et aujourd’hui, c’est le ciel qui regimbe et s’échauffe face aux méthodes brutales de l’agriculture dont les «  progrès  » (nitrite, pesticides, fongicides) sont un héritage direct des guerres du XXème siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

5 avril 2022

guerre

L’auteur part du roman jamais terminé de BALZAC, finalement intitulé Les paysans, qui devait s’intituler Qui terre a, guerre a. Il s’appuie également sur le film Jeremiah Johnson Sydney POLLACK. Pourquoi un tel grand écart de temps (un film de ...

Lire la suite