Ruine, Invention d'un objet critique
EAN13
9782354801922
ISBN
978-2-35480-192-2
Éditeur
Les Prairies Ordinaires
Date de publication
Nombre de pages
250
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
210 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ruine

Invention d'un objet critique

Les Prairies Ordinaires

Offres

La ruine est un motif littéraire, mythologique et biblique, dont le premier changement de statut intervient à la Renaissance, au XVIe siècle, quand elle se noue à un sens inédit du passé, à un nouveau concept d’histoire. La ruine antique est alors indexée d’une fonction d’idéal, enjambant et oblitérant un millénaire, taxé d’« âge moyen ». La ruine est le signe d’un accomplissement politique et artistique et devient une image. Elle se donne dès lors comme motif esthétique majeur, qui resurgira également au XVIIIe siècle.
La première opération de ce livre consiste à faire l’hypothèse d’un second changement de statut de la ruine au tournant du XXIe siècle : une ruine nouvelle s’invente depuis les années 1990, distincte de la ruine que la Renaissance a produite ¬– distincte dans ses objets électifs, distincte dans ses rapports de temporalité, distincte dans son mode de jouissance. Cette ruine contemporaine est ordonnée à l’usine et à la catastrophe, à l’industrie sur le déclin et au post-apocalyptique. Si la ruine antique légendaire portait le nom de Troie, dont la destruction est une punition, la ruine d’aujourd’hui est Detroit, ruine de l’arrogance fordiste et d’un XXe siècle de travail ouvrier.
Tous les objets traités dans ce livre sont des figures, littérales ou métaphoriques, de la ruine. À partir de cet ensemble, Diane Scott propose une triple opération : nommer la ruine – identifier la ruine contemporaine dans sa spécificité ; la découper – lire dans ce bloc de ruines les jeux qui en organisent les composantes et les familles ; enfin la métaphoriser – user de la ruine comme forme de pensée pour mettre au jour des traits de notre époque.
S'identifier pour envoyer des commentaires.