Trop de gestion tue le social, essai sur une discrète chalandisation
EAN13
9782707164438
ISBN
978-2-7071-6443-8
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Les métiers du social
Nombre de pages
240
Dimensions
22 x 13 x 2 cm
Poids
308 g
Langue
français
Code dewey
361.609
Fiches UNIMARC
S'identifier

Trop de gestion tue le social

essai sur une discrète chalandisation

De

La Découverte

Les métiers du social

Indisponible
À travers l'analyse du nouveau lexique largement inspiré de l'entreprise qui s'est imposé dans le secteur, Michel Chauvière montre que les nouveaux savoir-faire préparent la marchandisation du travail social. Mais rien n'est définitivement joué.
Les idées néolibérales progressent aujourd'hui par le social. N'ayant plus les moyens économiques de notre modèle historique, il nous faudrait impérativement réduire la voilure, rationaliser le système, nous ouvrir à la concurrence et au marché. Autrement dit, déréguler ce qui peut l'être, améliorer la gouvernance à grand renfort de consultants, renforcer le contrôle des opérateurs et professionnels sur fonds publics et renvoyer le reste au gré à gré ou au caritatif. Exit les idéaux de solidarité nationale, d'émancipation ou d'éducation, le social entre à son tour dans le monde des affaires. Il en est ainsi du côté de l'aide à domicile (dépendance et handicap), de l'insertion, de la petite enfance, de la protection judiciaire, de la formation... Comment opèrent ces changements ? Quelles en sont les conséquences pour l'action sociale organisée ? Pourquoi les avons-nous laissés s'installer ? Que devons-nous défendre maintenant ?À travers l'analyse du nouveau lexique, largement inspiré de l'entreprise, qui s'est imposé dans tout le secteur social (services à la personne, démarche qualité, privilège de l'usager, performance, évaluation, etc.), Michel Chauvière montre que celui-ci est dénaturé et asphyxié par un processus de " chalandisation " qui formate les consciences, sape les fondamentaux de l'engagement et prépare à accepter plus de privatisations des services et une plus grande hégémonie de la gestion. Mais rien n'est définitivement joué !
S'identifier pour envoyer des commentaires.