La Cattiva
EAN13
9782818017296
Éditeur
P.O.L.
Date de publication
Collection
Fiction
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Cattiva

P.O.L.

Fiction

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782818017296
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

  • Aide EAN13 : 9782818017302
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

Autre version disponible

Six ans avant le début de cette histoire, on avait dit à Marianne Renoir,
alors âgée d’une quinzaine d’années, que le jeune homme qu’elle voyait là, sur
le trottoir d’en face, en train de faire ses lacets comme vous et moi,
descendait du pape Sixte Quint et de la grande famille des Peretti, dont
Stendhal a raconté quelque part les aventures. Il sait le grec ! avait-on
ajouté. L’italien aussi, à coup sûr, car il passait tous ses étés dans la
villa de ses aïeux, près de Ferrare. On murmurait même qu’il était poète. Et
si je l’épousais ? s’était demandé Marianne. Six ans plus tard, Marianne n’a
toujours pas épousé Pierre, mais elle passe ses vacances d’été avec lui dans
sa villa de Camporiano. Le roman commence sur un mode léger et comique par la
description triviale du quotidien des personnages, de leurs humeurs et de
leurs disputes ; il s’engouffre peu à peu dans leurs perceptions profondes et
se met à suivre le flot de leurs pensées et de leurs hallucinations, grâce aux
textes intimes qu’ils écrivent, mais également aux contes, aux ballades, aux
histoires allégoriques qu’ils inventent et se récitent. Roman à plusieurs
voix, La Cattiva glisse constamment d’un genre à l’autre, d’un ton à l’autre.
Même quand l’angoisse prend le dessus, l’enthousiasme et l’enjouement ne
disparaissent pas entièrement. Le récit se déploie dans une Italie ensoleillée
et romanesque, tantôt réelle, avec les déambulations de Pierre et Marianne
dans Parme, Modène et Ferrare, tantôt imaginaire et rêvée : Camporiano
n’existe pas plus que Virgoletta, un petit village à flanc de colline où l’on
part dîner et danser la tarentelle quand tout va trop mal.
S'identifier pour envoyer des commentaires.