• par (Libraire)
    3 mars 2016

    On le croirait uniquement sorti de l'imagination de Christian Garcin, ce Jeremiah Reynolds, tant son parcours semble incroyable et pourtant...
    De la théorie de la Terre creuse à la découverte de l'Antarctique, dont il est le premier à fouler le sol, en passant par de multiples périples tout autour du globe, d'une carrière d'avocat et d'un combat pour les mapuches, c'est vraiment plusieurs vies qu'a vécu cet américain atypique.
    Ce sont toutes ces histoires, ces vies multiples que Christian Garcin décide de mettre en lumière dans cette biographique romanesque.
    Romanesque Jeremiah Reynolds l'est tout de même un peu car non content d'avoir inspiré Edgar Poe pour les Aventures de Gordon Pym, il est l'auteur d'un récit de chasse à la baleine blanche qui n'est pas sans rappeler un certain Moby Dick...

    Un roman court mais plein de surprises qui a le mérite de nous faire découvrir un homme hors du commun.


  • 17 janvier 2016

    Quel rapport peut-il y avoir entre une théorie sur la terre creuse et le livre Mody Dick de Melville ? A priori aucun et pourtant après la lecture de ce roman, on serait tenter d’affirmer le contraire.

    Tout débute au 19ème siècle aux Etats-Unis avec John Cleves Symmes Jr défenseur de la fameuse théorie. Cet ancien militaire cherche à lever des fonds afin de mener une expédition aux pôles (où se trouveraient les portes d’entrée pour accéder à l’intérieur de la terre). Hélas, celui-ci ne sait pas manier le verbe devant un public. Assistant à l’une de ses conférences, le jeune Jeremiah N. Reynolds est convaincu. De plus, il sait parler à un auditoire et la théorie est même présentée devant le Congrès. Et notre Reynolds se retrouve à bord d’un navire d'expédition. Mais les terres glacées de l’Antarctique ne lui révèlent aucune porte et après avoir risqué sa vie, il abandonne la théorie de son ancien collaborateur. Lors d’une escale au Chili durant laquelle il déserte, il tombe amoureux d’une jeune femme et combat auprès des communautés aborigènes. Après deux années, il abandonne le Chili et a pour projet de mettre sur pied une chasse à la baleine avec un ancien pêcheur de baleine. Mais c’était sans compter sur une bagarre qui le prive de son nouveau compagnon.
    Il devient alors le secrétaire personnel du capitaine du navire le Potomac. Le revoilà sur mer et habité par les histoires racontées par le chasseur de baleine et celle en particulier d’un cachalot blanc qui échappe à tous les hommes.

    A New-York, il décide qu’il est temps pour lui de reprendre des études et d’avoir une vie plus calme. Avocat et marié, il deviendra un ami d’Edgar Allan Poe (le personnage d’Arthur Gordon Pym est inspiré de Reynolds) mais surtout il écrira un seul et unique livre Mocha Dick. "En octobre 1851, Reynolds a cinquante-deux ans. Herman Melville, qui en a vingt de moins, publie Mody Dick. Reynolds le lit peut-être. Peut-être pas. On n’en sait rien. De tout façon ce n’est pas un franc succès. Ca viendra, dans soixante-dix ans environ. Il suffit d’être patient."

    Ce livre formidablement bien écrit est terriblement passionnant ! Sans temps mort, la trame à tiroirs nous suspend avec bonheur à cette vie hors du commun et Christian Garcin nous ferre du début à la fin. Un vrai plaisir de lecture !


  • 17 janvier 2016

    Moby Dick au centre de la terre

    Vous l’aurez peut-être remarqué, les histoires baleinières ont le vent en poupe. Christian Garcin remonte quant à lui la source du Léthé pour y repêcher Jeremiah Reynolds, aventurier et auteur d’un récit qui aurait inspiré le roman le plus célèbre de Melville. Avec son incomparable talent de conteur, il nous entraîne sur les traces de cet explorateur romanesque.

    Tout commence en 1823 dans l’Ohio, par une conférence de John Cleves Symmes, théoricien de « la terre creuse », affirmant que notre astre possèderait une surface interne habitée et accessible par des cratères situés aux pôles Nord et Sud. Alors que Symmes échoue à lever des fonds pour une expédition qui prouverait sa thèse, Jeremiah Reynolds, son jeune admirateur cultivé, pauvre et sans attache, convainc un riche New-Yorkais, le docteur Watson (!), d’affréter un navire pour tenter l’aventure. La vraie vie commence, avec son lot de péripéties. S’il ne trouve pas l’entrée du monde creux, Jeremiah Reynolds est le premier homme à poser le pied sur l’Antarctique au péril de sa vie. En repartant, il fait escale au Chili - où il aurait pu croiser Darwin qui vient y faire des relevés topographiques - et, par amour pour une jolie métisse, s’engage dans une guerre civile au côté des Mapuches.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u