• 6 mars 2022

    Chroniques de confinement

    Voici le deuxième volet d’une longue série pouvant se lire indépendamment et dont j’avais fait une note élogieuse sur le premier : Mathilde ne dit rien ».

    Cette histoire commence avec la pandémie. Les habitants de la Place carrée vivent chacun le confinement à travers leur histoire personnelle.

    Laura et Tonio en sont les principaux protagonistes mais les portraits secondaires sont tout autant intéressants.

    L’analyse des conséquences sociales du confinement dans ce quartier défavorisé nous rappelle à travers ces tranches de vie la situation et la surcharge de travail à l'hôpital, l’errance des jeunes désœuvrés et des dealers, les violences. Tristan Saule y pose un regard juste, traitant ces sujets avec dynamique, objectivité et empathie.

    Roman noir social aux chapitres courts très rythmé dont l’écriture est lumineuse et très imagée.

    Le lecteur est aspiré vers un dénouement final libérateur inattendu.


  • par (Libraire)
    2 mars 2022

    Que va-t-il imaginer pour le 3ème volume ?

    En pleine pandémie, tout est calme. Le marché n'a plus lieu le dimanche matin, les enfants ne peuvent plus aller à l'école, certains ont faim, d'autres n'ont plus d'argent pour acheter les couches du bébé. Le monde hospitalier devient dingue, les trafics seront peut-être salvateurs et l'amour dans tout ça ? Reprenez bien votre souffle car le rythme rapide de ce roman noir, avec un arrière goût de sang va vous faire rencontrer plusieurs personnages avides de survie.
    Un auteur qui se renouvelle dans la narration, dans l'histoire et dans les personnages.
    Que va-t-il imaginer pour le 3ème volume ??
    Delphine


  • par (Libraire)
    18 février 2022

    Un roman noir efficace et maitrisé où l'on s'attache à chacun des personnages, que ce soit l'infirmière consciencieuse qui veut changer de vie, le trafiquant de drogue qui veut prendre un nouveau virage, le manouche qui fait bar clandestin et tous les autres !
    Irez-vous vivre sur la Place Carrée ?


  • 16 février 2022

    La suite attendue des « Chroniques de la place carrée », après l’excellent « Mathilde ne dit rien ». Mais aujourd’hui pourquoi le taire (?), ces chroniques sont absolument addictives. Tonio est un petit dealer qui, comme dans une fable un tantinet connue, souhaite devenir un peu plus gros, un peu important. Dealer sous les ordres ne suffit plus, il s’agit désormais de doubler son boss et de monter un business plus rémunérateur mais aussi plus dangereux. Tonio a-t-il les épaules assez larges ? Les seconds couteaux, excellents seconds couteaux d’ailleurs, sont-ils assez dignes de confiance, dans ce petit monde de la place carrée. Sur quelques jours, sans reprendre son souffle, l’auteur mêle avec brio cette histoire avec celle de Laura, infirmière au bord du gouffre, de Marion la dissimulatrice, de Laura jeune femme accidentée, de marginaux aux combines rodées. Tristan Saule, également, dans le contexte de ce premier confinement de 2020, signe des lignes particulièrement émouvantes sur le monde de l’hôpital, de ses urgences aux chambres des étages. Il est peu dire que « vivement le troisième » tant « Héroïne » est un modèle de roman noir, de roman social.


  • par (Libraire)
    1 février 2022

    On avait laissé les habitants de la Place carrée il y a tout juste un an en fermant la dernière page de « Mathilde ne dit rien ». Et on avait une envie folle de les retrouver.
    Deuxième tome des Chroniques, « Héroïne » débute en 2020 alors que la pandémie de covid et le confinement rythment le quotidien des personnages. On y suit Laura, infirmière et amoureuse, Tonio, petit dealer, qui aimerait bien jouer les premiers rôles…Avec son écriture économe et lucide, avec son regard juste sur les laissé-pour-compte, Tristan Saule nous place au cœur de destins souvent cabossés et tragiques.
    Mais plus qu’un roman noir, plus qu’un page-turner, « Héroïne » nous happe et nous heurte en plein cœur. Parce que la recherche d’amour dont il est question, les pertes, les peurs, les choix, les non-choix et les renoncements, ce sont certes ceux de ces hommes et de ces femmes que l’on croise mais ce sont aussi, de toute évidence, les nôtres.


  • par (Libraire)
    25 janvier 2022

    La suite des Chroniques de la place carrée s'empare habilement du sujet du confinement pour nous faire découvrir la vie de certains habitants du quartier. Une infirmière amoureuse et débordée, un jeune dealer qui veut vendre de l'héroïne, des gosses qui jouent dans une école désaffectée et Mathilde qui ne dit toujours presque rien. Un excellent roman noir social, rythmé et bien mené !

    Romain


  • par (Libraire)
    7 janvier 2022

    Coup de cœur de la chouette

    Il y a celles qu'on applaudit à 20h depuis les balcons : les infirmières, héroïnes d'un confinement qui s'éternise. De l'autre côté de la seringue, il y a la blanche, celle qui peut rapporter gros à ceux qui connaissent les règles.
    Dans ce décor de fin du monde, Laura et Tonio affrontent leurs démons...